Licancabur 5 960 m, Bolivie, en 2004
L’ascension de cette montagne nous est fortement suggérée par un bon copain européen, lequel la considère comme possédant des paysages magnifiques. Cette montagne est située dans une région désertique, reconnue colorée, appelée le Lipez, qui renferme la plus grande croûte de sel au monde à 3 654 mètres d’altitude, le Salar d’Uyuni, de même que les ‘lagunas’ aux couleurs minérales magiques. Des guides de voyages prétendent que les teintes de ces lacs n’ont rien de comparable sur la planète.

Notre première étape est la Laguna Blanca au pied du Licancabur. Là où nous logeons, l’unique bâtiment du coin servant d’hôtel modeste, nous apprenons que l’accompagnement d’un guide est obligatoire en vue de cette expédition. Or le coût est élevé, suffisamment pour nous inciter à envisager une autre possibilité. Surprise, nous rencontrons trois Français avec un véhicule 4x4 qui acceptent de faire l’escalade avec nous. La partie la plus complexe est sans doute celle de trouver son chemin dans la noirceur à la lueur des phares ou nous suivons des traces de camion pour finalement arriver au pied du cône. Alors en quatre heures et demie nous réalisons, malheureusement sans les Français qui étaient en début d’acclimatation, l’escalade de ce volcan éteint jusqu’à son sommet, un trajet qui s’exécute habituellement en six heures.

Aucun nuage dans un ciel ensoleillé nous permettant de capter toute l’impression visuelle du sud Lipez , du désert d’Atacama, du paysage chilien et des autres volcans environnants. En français ou en espagnol, c’est ‘indescriptible’, même surréaliste, au point qu’une région porte le nom de désert de Dali pour ses arbres en pierre (piedra de arbole), véritables oeuvres de la nature.
© 2018 Haut Défi - info@hautdefi.ca