Chimborazo 6 310 m, Équateur, en 2003
Durant des siècles, cette montagne a été considérée comme la plus haute de l’Amérique du Sud, même la plus haute du monde. Son nom voudrait dire ‘les neiges du Chimbo’, le Chimbo étant le nom de la rivière qui va de ce volcan vers les eaux du Pacifique. Une neige qui fond pour mieux alimenter le niveau des rivières. Cette image correspond tout à fait à la mythologie sud-américaine de la fertilité associée à la montagne. Il y a les neiges du Kilimandjaro africain, pourquoi pas les neiges du Chimborazo.

Au début de juillet 2003, tout notre enthousiasme va vers l’atteinte de ce 6 000 mètres. Après une très bonne acclimatation en ayant gravit le Cotopaxi, pour Frédéric, Éric et Robert l’objectif est à porté de main.

Le 3 juillet, nous y sommes, mais pas au sommet principal plutôt à 6 270 mètres, au Ventimilla, car le volcan voisin Tungurahua projette depuis un certain temps des cendres qui, mêlées aux radiations solaires, creusent des crevasses autour des hauteurs du Chimborazo, nous empêchant ainsi de concrétiser notre ascension.

Pour notre part, cette expédition fut telle qu’Éric Lavoie l’a anticipée: ’’C’est l’aventure de ma vie!’’. Cela même si nous avons couché dans la neige et avons eu très froid. Ce premier 6 000 mètres nous a rendu dans un état d’euphorie sur fond de musique de Nirvana, notre groupe musical culte.


© 2018 Haut Défi - info@hautdefi.ca