Mont Logan, 5959m, Yukon, Canada en 2010
HautDéfi organise une expédition de trois semaines au mont Logan (5959 m), le plus haut sommet du Canada. Cette expédition aura lieu en conjonction avec le sommet du G8-G20 à la fin du mois de Juin. L’objectif est d’apporter une bannière au sommet de la montagne et d’envoyer un message direct aux dirigeants des différents pays présent lors de la réunion. Par le fait même nous voulons faire avancer la campagne énergie et climat de Greenpeace Canada. Cette expédition sera un exemple du début à la fin de la façon d’être respectueuse de l’environnement en région éloignée. Nous adoptons la politique SANS LAISSER DE TRACE.

La montagne et son ascension correspondent toujours, pour nous, à une expérience remplie de sensations fortes et d’images propices à la rêverie. Encore ici, au Yukon, nous retrouverons un territoire d’aventure qui va nous faire ressentir, à l’image de nos expéditions passées sur divers continents, des émotions contraires. Il y aura cette tension omniprésente à partir du moment où nous savons que les obstacles propres au milieu montagnard nordique, soit les crevasses, le froid et le vent, vont nécessairement nous pousser à surmonter ces épreuves ayant toujours en vue la recherche de la prudence et de la sécurité afin d’atteindre le plus haut point indemnes.

Pendant ce temps, à Huntsville, il est question du ‘’Great Wall of Huntsville’’, mais contrairement à celui de la Chine, le mur de la sécurité de la petite communauté ontarienne a surgi en quelques jours seulement pour disparaître au lendemain du G8. Selon les journaux canadiens, peu de gens savent ce qu’il en est de l’utilité réelle de cette clôture. Certains prétendent qu’elle est là pour éviter que les ours cherchent de la nourriture trop près des commerces et boutiques alors qu’il y aurait une pénurie de petits fruits sauvages. Au-delà de cette laide clôture, il faut voir de quelle manière extrême va s’installer la Grande Sécurité Internationale assiégeant les habitants de cette communauté pendant ces quelques journées.

Dans tout cela, il ne faut surtout pas perdre de vue que ces rencontres internationales, depuis Rambouillet en 1975, ont pris une tournure de plus en plus politique et se sont penchées, entre autres, sur la famine en Afrique, la catastrophe de Tchernobyl, le problème des réfugiés, l’apartheid ou encore la lutte de Solidarnosc. Nous, sur la montagne, nos actions de tous les jours nous mèneront vers un rapprochement tangible, sans aucun mur.

Pour suivre l’expédition et les enjeux de celle-ci, cliquez ici: Greenpeace


Voici notre itinéraire théorique par la King’s Trench:

4 juin: Vol Montréal-Whitehorse + route jusqu’à Silver City
5 juin: Attente pour le vol vers le glacier
6 juin: Dépose au camp de base (2800m)
7 juin: Marche vers camp 1 et cache de matériels - retour CB
8 juin: Montée au camp 1 (3200m)
9 juin: Marche cers camp 2 et cache de matériels - retour C1
10 juin: Montée au camp 2 (4100m)
11 juin: Journée de repos ou journée tampon (rattrapage)
12 juin: Marche vers camp 3 à travers le "Ice falls" et "Football field" et cache de matériels - retour C2
13 juin: Montée au camp 3 (4600m)
14 juin: Marche vers camp 4, passage du col du Prospecteur, cache - retour au C3
15 juin: Montée au camp 4 (5300m)
16 juin: Montée du col + légère decente vers camp 5. Nuit au camp 5
17 juin: Summit push et retour au camp 5 (environ 16h)
18 juin: Journée de tentative prise 2!
19 juin: Descente du camp 5 au "football field", C3
20 juin: Descente du camp 3 au camp de base (longue journée de 12h)
21 juin: Vol de retour à la civilisation, si météo le permet?
22 juin: Journée d’attente supplémentaire au cas?
23 juin: Retour vers Whitehorse, douche et bon resto!
24 juin: Vol de retour vers Montréal

Journal d’expédition
De retour à Montréal
Le 28 juin, 2010
Voici une entrevue avec Radio-Canada (anglais) sur l expédition au Mont Logan.
www.cbc.ca/canada/north/story/2010/06/24/greenpeace-g20-mount-logan.html
Ainsi qu une entrevue avec la revue Espaces http://www.espaces.ca/categorie/actualites/entrevues/article/503-un-sommet-avorte-pour-le-climat
Fin de la progression!
Le 17 juin, 2010
Le mont Logan et toute la neige qui le recouvre en altitude ont eu le dessus sur notre capacité de progresser.. En effet, la tempête des 3 derniers jours arecouvert le sol de plusieurs pieds de neige couvrant ainsi les nombreuses crevasses entre le camp 3 et camp 4. Une d’entre elle ad’ailleurs aval.un des sacs des membres de l’expédition lors d’un affaissement d’un pont de neige lors de notre passage! Un de nous afait une chute spectaculaire qui a donné plus de peur que de mal, heureusement... De quoi donner des frissons et insérer le doute quant à la sécurité de la voie. Le phénomène des changements climatiques est une cause très importante, mais pas au point de ne pas pouvoir en témoigner plus tard!... Nous redescendrons alors vers le camp de base dès demain pour attendre ensuite le rapatriement en avion à partir du camp de base. Nous vous donnerons plus de nouvelle bientôt, quand nous aurons les deux pieds sur la terre ferme, en toute sécurité.
Ça grimpe, ça grimpe!
Le 15 juin, 2010
Nous atteignons aujourd’hui les camp 3 à 4600m d’altitude. Cette progression positive souligne l’anniversaire de Pierre qui fête ses quarante et quelques années sur terre! Bonne fête mon Pierre! Nous n’avons pas vraiment eu de difficulté à monter jusqu’ici, ce qui nous encourage pour notre montée au camp 4 mercredi. Si nous tous va bien jusque là, nous tenterons un "summit push" qui devrait prendre 2 jours. Donc, le sommet serait dans la mire autour du 18 juin! À suivre...
Départ vers le camp 3
Le 14 juin, 2010
Lundi 14 juin, 8h30, heure du Yukon; nous quittons enfin notre chère camp 2 après plus de 3 jours de tempête. Nous voyons maintenant plus haut, dans tous les sens du terme, et notre objectif d’aujourd’hui est d’atteindre notre cache à 4400m et de tout monter ensuite jusqu’au camp 3, situé près du Football Field. Vous aurez d’autres nouvelles dès ce soir! Enfin nous montons!
Vive le camp 2!
Le 12 juin, 2010
Apprendre à ne rien faire est primordial en montagne au même niveau que d’être à l’aise avec ces coéquipiers de cordée. À ce sujet, ’’péter’’ dans la tente et faire rire tout le monde est un bon diapason pour évaluer le moral des troupes! C’est ce que nous faisons depuis le 9 juin en attendant le beau temps, qui devrait arriver dimanche ou lundi? Blague à part, nous avons quand même eu l’opportunité de monter vers le camp 3, plus précisément à 4400m d’altitude, afin d’y laisser une cache de neuf jours de nourriture avant qu’un blizzard vienne nous bloquer toute progression plus haute. Nous sommes alors redescendus au camp 2 d’où nous vous parlons en ce moment, entre 2 parties de cartes.

Notre petit abri en tissu est notre seul refuge depuis jeudi. Imaginez-vous réunis à trois pendant plus de trois jours sur une superficie pas plus grande qu’un lit « King »! Aujourd’hui, dimanche, tout porte à croire que le beau temps reviendra demain afin que la montagne nous laisse grimper plus haut, même si elle n’est pas trop au courant que nous sommes là en ce moment…
Camp 2 déjà!
Le 9 juin, 2010
Hier, la route, vers le premier camp, s’est très bien passé. Nous avons eu du beau temps et il n’y avait presque pas de danger objectif dans le champ de crevasses puisque celles-ci étaient toutes ouvertes. Le chemin est déjà complété et nous ne sommes pas encore très haut en altitude. Profitons-en pendant que ça va bien!

Aujourd’hui, nous envisageons arrivés vers l’heure du souper au camp 2. Donc, encore une fois, en une seule étape de marche (pas de chache de matériel). Quand nous parlons de l’heure du souper, ici, c’est relatif puisqu’il fait noir très tard, même presque pas, donc c’est plutôt quand nous avons fain, soit avant de se coucher. L’avantage dans les montagnes du nord, comme le Logan ou le McKinley, c’est que nous profitons des journées de presque 24 h de clarté. Il faut juste s’obliger a suivre minimalement un horaire raisonnable pour ne pas être trop léthargiques.

Demain, nous prendrons une journée de congé afin de permettre une bonne acclimatation au manque d’oxygène. Nous aimons les journée de congé! Yé
En route vers le camp 1
Le 7 juin, 2010
Lundi matin, nous commençons la semaine de travail! À 7h30, il fait déjà clair depuis longtemps, nous sommes en train de démonter les tentes et de ranger notre équipement pour se rendre au camp 1 sans faire d’escale, c’est-à-dire ne pas faire de cache pour le matériel et d’exécuter un aller-retour. Un grand champ de crevasses sépare les deux camps sur 7 km de distance pour 600m de dénivelé. Les 4 derniers grimpeurs sont partis ce matin, nous sommes donc seuls dans un rayon de 1 heure en avion... une occasion unique de sentir l’immensité et la beauté de cette nature!
Premiers pas sur le glacier.
Le 6 juin, 2010
Nous avons finalement réussi à compléter le vol nous menant au camp de base sur le glacier. Nous avons croissé les 4 derniers grimpeurs qui attendaient leur chance de monter à bord du prochain vol de retour.Ainsi nous serons seuls sur le mont Logan quand ils quitteront… bonne occasion pour resserrer les liens dans l’équipe! Nous squattons un emplacement de tentes avec murets pour y passer la nuit, demain nous partirons tôt afin d’atteindre le camp 1 avec tout l’équipement. Un moyen de savoir si nous ne voyageons pas trop lourdement !
En attendant de voler!
Le 6 juin, 2010
Hier, 5 juin, Pierre et Jean-Philippe (il y a 2 passagers par vol seulement!) ont pu prendre leur vol vers le camp de base de la montagne, mais ils ont dû faire demi tour quelques minutes avant d’arriver. La météo capricieuse aurait bloqué l’avion au sol lors du retour, selon le pilote. Fred à donc vu ses deux coéquipiers revenir bredouille d’une première étape importante, l’attente de voler. En revanche, nous avons le réconfort de Cécile, une franco-manitobaine qui s’occupe du seul B&B de Silver City. Elle nous prépare de généreuses crêpes aux fruits des champs ou du pain doré avec saucisse pour le déjeuner.

Pour vous donner une idée à quel point l’être humain est rare ici, voici quelques chiffres ; il y a 32 000 habitants au Yukon, dont 25 000 habitent à Whitehorse, 100 âmes doivent résider à Haynes Jonction, au croisement de la Alaskan Hiway, 50 autres de l’autres côté du lac Kluane à Destruction Bay et quelques individus et un avion, ici, à Silver City, dont une dizaine sont de passage! Le sentiment d’éloignement commence avant même d’être sur la montagne.


Longue journée de transport!
Le 5 juin, 2010
Nous sommes maintenant à Kluane Lake depuis hier soir et attendons que les conditions météo permettent de s’envoler vers le camp de base du mont Logan. Nous avons passé une bonne nuit dans un B&B après une longue journée de transport à travers le Canada. Nous avons atterri à Whitehorse où nous attendait une camionnette de la compagnie d’aviation d’Andy William. Une petite visite de Silver City, ville fantôme issue de la ruée vers l’or, était prévue afin de nous mettre dans le contexte d’aventure et d’espoir qu’a incarné le Yukon d’autrefois et encore aujourd’hui, en particulier dans la mission que nous avons. Ce fût l’occasion de rencontrer une équipe de scientifiques qui séjourneront en même temps que nous sur la montagne afin de faire des études sur l’impacte du réchauffement climatique sur les glaciers.
Expédition verte
Le 2 juin, 2010
Haut Défi organise une expédition de trois semaines au mont Logan (5959 m), le plus haut sommet du Canada. Cette expédition aura lieu en conjonction avec le sommet du G8-G20 à la fin du mois de Juin. L’objectif est d’apporter une bannière au sommet de la montagne et d’envoyer un message direct aux dirigeants des différents pays présent lors de la réunion. Par le fait même nous voulons faire avancer la campagne énergie et climat de Greenpeace Canada. Cette expédition sera un exemple du début à la fin de la façon d’être respectueuse de l’environnement en région éloignée. Nous adoptons la politique SANS LAISSER DE TRACE. Nous partons de Montréal le matin du 4 juin. Suivez l’expédition en direct...
© 2018 Haut Défi - info@hautdefi.ca