Les Alpes à vélo en 2004, en 8 étapes:
Depuis longtemps, le projet d’un voyage à vélo me trottait dans la tête. Il faut remonter une dizaine d’années en arrière, quand j’ai parcouru l’Estrie à bicyclette avec un copain pendant 4 jours et réalisé la facilité et la liberté de ce type de voyage. Dix années ont passé et je concrétise enfin cette envie d’aller plus loin par ce moyen de transport avec un copain qui en rêvait aussi, Cédric. Nous ’épluchons’ les destinations en fonction des dates (avril, mai) et des goûts personnels, deux projets émergent: le tour de l’Islande et la traversée des Alpes. Le second l’emporta quand nous avons réalisé la durée des journées en Islande au mois d’avril!!!

Le projet:
Celui de partir de Paris pour traverser les Alpes jusqu’à l’extrême est de l’Autriche par le sud de la Bavière et de les contourner par le nord de l’Italie jusqu’à Lyon.

La réalité:
Au lieu de contourner par le nord de l’Italie, nous nous sommes dirigés vers le sud en Slovénie et en Croatie par les Alpes Juliennes, pour ensuite traverser en Italie (Anconna) et rejoindre l’autre rive pour atteindre la Corse, en faire le tour, pour finalement terminer à Lyon.

LE VOYAGE EN 8 ÉTAPES: (voir page précédante)

La France, de Paris à Colmar

Après avoir été acceuillis par des amis à Paris, nous parcourons 500 km en 6 jours à travers la Champagne, la Lorraine, les Vosges et l’Alsace. La France est un pays très acceuillant, surtout pour les cyclos qui y roulent en avril.

L’Allemagne, de Freiburg à Bergestgaden

Quelques 600 km sur la "Alpenstrasse" qui traverse les Alpes allemandes dans le Baden-Wuttemberg et en Bavière. Nous découvrons avec plaisir et avec soif les nombreuses micro-brasseries bavaroises, les traditions et richesses du sud du pays. Nous établissons ainsi un rythme quotidien: un court déjeuner le matin, une bonne ’bouffe’ et de bonnes bières le midi comme récompenses et enfin repas modeste sur le réchaud pour le souper dans les endroits inusités où nous campons.

L’Autriche, de Salzburg à Villach

L’Autriche et les montagnes, ça va si bien ensemble! C’est dans ce pays que nous avons le plus souffert, traversant 3 cols de catégories supérieures, dont celui d’Obertauern, à plus de 1800m d’altitude. Quand nous y sommes passés, les gens faisaient du ski sur les pistes des montagnes avoisinantes... Et quand nous descendions dans les vallées, les gens prenaient l’appéro sur les terrasses.

La Slovénie, De Jesenice à Podgrad

L’entrée en Slovénie marque un changement dans le paysage culturel, nous sommes dans un pays de l’est, en pleine culture slave. De plus, nous ne parlons plus la langue locale... Par contre, les paysages naturels restent les mêmes, les Alpes Juliennes sont la continuité des Alpes vers la mer Adriatique. Lors de notre passage dans la capitale, Ljubljana, nous avons eu la chance de participer aux célébrations de l’entrée de la Slovénie dans l’Union Européenne. C’était le 26 avril.

La Croatie, de Rijeka à Zadar

La Croatie est une destination à ne pas manquer pour sa fameuse côte le long de la mer Adriatique et ses nombreuses îles. Le mélange de la culture slave et méditerranéenne est aussi un aspect très intéressant du pays. Nous visiterons les îles de Krk et de Cres, des petits paradis méconnus.

L’Italie, d’Anconna à Livorno

L’Italie fut pour nous un moment de plaisir gastronomique et d’extase culturelle. Puisque nous travaillons comme cuisiniers, et tout dernièrement dans un petit resto italien de Montréal, ce pays devenait la concrétisation d’une autre passion, bien manger. En traversant l’Umbrie et surtout la Toscane, nous avons pu goûter aux nombreuses richesses du terroir et de l’histoire italienne. Nous passerons par Florence et Pise pour finalement toucher la Corse par Livorno.

La Corse, de Bastia à Ajaccio

C’était la dernière véritable étape du périple, nous en étions à plus de 2 500 km en une quarantaine de jours, notre corps s’était considérablement renforcé pour passer au travers de nombreux cols (entre autres le col de Bavela) et collines corses. Une véritable montagne russe cette Corse! Le projet initial était d’en faire le tour, mais l’appel de la mer était plus fort. Nous nous sommes échoués quelques jours sur les plages d’Ajaccio, tout près des îles Sanguinaires.

L’Arrivée, de Toulon à Lyon

Notre séjour en Corse fut plus long que prévu, ce qui a abrégé le retour par la France continentale. En effet, après une nuit tumultueuse à Toulon à poursuivre des jeunes arabes qui fouillaient dans mes sacoches de vélo, nous avons pris le train en direction Lyon. Les derniers kilomètres se sont complétés dans la ville lors de notre visite. En tout, 2 750 km en 45 jours, de quoi revenir en forme au pays, mais pas tout à fait reposé!s Nous profitons des bouchons lyonnais dans la vieille ville, petits restos gastronomiques abordables.





© 2017 Haut Défi - info@hautdefi.ca