Le Maroc à vélo en 2006
Après notre éxpé au Kirghizstan, nous avions prévu un voyage à vélo au Maroc C’était pour nous une aventure comportant quelques défis, en particulier, celui de parcourir la Vallée du Dades au sud du pays, près d’une région aride très mythique, le désert du Sahara. Nous avons roulé sur les routes et les pistes du Maroc et du sud de l’Espagne pendant 3 semaines, en alternant évidemment avec quelques trajets d’autobus dans les parties "moins intéressantes", nous avions peu de temps, soit 21 jours.

Avant d’entreprendre la portion vélo du voyage, nous avons visité la côte Atlantique et Essaouira, magnifique ville portuaire où le poisson et les fruits de mer varient un peu le menu des restaurants, comparativement aux autres régions visitées où les choix étaient le couscous ou la tajine !!! Après un retour à Marrakech, nos vélos nous attendaient chez des amis et les premiers coups de pédales se sont donnés en direction d’Aït Benhaddou, Ourzazate et la Vallée du Dades. Une chaleur accablante et un air très sec nous y attendaient nous obligeant ainsi à raccourcir les distances et à boire des litres d’eau face aux marocains qui pratiquaient le Ramadan.

La suite du parcours se fit plus au nord à Meknès et Fès, des villes royales de l’époque précoloniale. Nous y avons vu un autre visage du Maroc, beaucoup plus arabe que le sud désertique d’influence berbère. Une autre différence: en montant plus au nord la langue seconde, qui était le français, laisse place à l’espagnol dans la région du Rif , de Chefchaouen et de Tétouan qui étaient les principales villes de la colonie marocaine espagnole jusqu’en 1956, l’année de l’indépendance du pays.

Nous avons profité de nos derniers moments en sol marocain sur les plages de Martil pour rejoindre l’Espagne et l’Europe en terre africaine à Sebta (Ceuta en espagnol), un des derniers territoires post-colonial espagnol. Nous avons ensuite posé pied à Algeciras sur la rive européenne du détroit de Gibraltar, 14 km plus loin!!!

La fin du voyage a été très contrastante, surtout dans la partie africaine, par le changement de culture et de régime de vie. Nous avons profité des vacances sur les plages de Tarifa, la capitale espagnole du vent et les sports s’y rattachant (planche à voile, kite surf). Au coeur de l’Andalousie, il ne fallait pas passer à côté de Séville et de tous ses icônes culturelless: bars à tapas, jamon serrado, musique et danse flamenco. Par contre, nous n’aborderons pas le tempérament plutôt impatient et arrogant de certaines personnes rencontrées qui nous portait à généraliser sur le mauvais caractère des andalous comparé à celui des marocains...
Le périple s’est terminé dans la majestueuse Madrid, une capitale portant bien son titre considérant l’ensemble de monuments riches en histoire que nous avons visités.

Liens:
www.voyage.gc.ca pour tout savoir avant de partir
Le maroc par bâteau beaucoup de choix
Easy-jet pour le Maroc en avion à partir de Londre
Atlas-blue pour le Maroc à partir d’Europe
L’hôtel l’Avenir à Tinerhir un endroit sympa!



© 2017 Haut Défi - info@hautdefi.ca